top of page
  • Photo du rédacteurSerge Leterrier

MK, l’armée secrète de Mandela

Dernière mise à jour : 17 avr.




MK, l’armée secrète de Mandela Documentaire de la cinéaste franco-camerounaise Osvalde Lewat - ©Temps noir

« Nous avons tenté d’obtenir une aide nous permettant de résoudre (nos problèmes) pacifiquement. Mais nous n’avons pas été entendus » - Archive, déclaration d’Oliver Tambo, président de l’ANC de 1967 à 1991.

 

MK, l’armée secrète de Mandela révèle les coulisses de cette organisation clandestine et son impact sur l’histoire de l’Afrique du Sud. Une plongée autant oppressante que captivante dans l’univers méconnu de la résistance armée, où l’idéalisme et la détermination ont coexisté avec la violence et les problèmes éthiques que ce mouvement entrainait.

À travers des images d’archives rares, des témoignages poignants d’anciens membres MK,  des récits inédits, des analyses d’historiens aussi, il retrace l’histoire de l’Umkhonto we Sizwe (MK), la branche armée du Congrès National Africain (ANC) fondée par Nelson Mandela lui-même.

 

Ce documentaire offre une perspective unique sur l’héritage de Mandela et sur la façon dont l’Umkhonto we Sizwe a contribué à façonner le paysage politique et social de l’Afrique du Sud post-apartheid.

 

Umkhonto we Sizwe 

 

L’Umkhonto we Sizwe, qui signifie La Lance de la Nation en Zoulou. Une lance subjective qui a joué un rôle crucial dans la résistance contre le régime ségrégationniste. Cette arme, dans les traditions africaines est un symbole de combat et pour l’Afrique du Sud de lutte contre l’apartheid. Elle représentait la détermination et la volonté de se battre pour la liberté et l’égalité

 

La Lutte Armée pour la Liberté

 

 « Pour libérer notre peuple contre l’oppresseur, rejoindre l’organisation armée était le moyen le plus efficace de lutter contre le système », témoigne Zola Maseko, ex-soldat.

 

En 1960, après le massacre de Sharpeville où 69 personnes ont été abattues par la police lors d’une manifestation pacifique, l’ANC décide de rompre avec la non-violence et de créer MK. Cette organisation armée s’est donné pour mission d’abolir la ségrégation raciale imposée par l’apartheid depuis 1948. Cependant, l’arrestation de ses dirigeants, dont Nelson Mandela, lors du procès de Rivonia en 1963-1964, a laissé l’organisation exsangue.

 

Les  émeutes de Soweto (1976), provoquées par la répression sanglante d’une marche de lycéens contre l’hégémonie de l’afrikaans dans les écoles noires, ont redonné de l’élan à MK.

Au sommet de son existence, l’organisation comptait environ 11 000 adhérents principalement répartis dans des camps d’entraînement en Angola, en Zambie, ainsi qu’en URSS et dans les pays du pacte de Varsovie. Son armement en Afrique du Sud était essentiellement composé d’explosifs et de kalachnikov. De nombreux jeunes, forcés à l’exil, ont rejoint les camps d’entraînement à l’étranger. Dans la décennie qui a suivi, l’organisation armée a multiplié les attaques contre la minorité blanche.

 

Le documentaire recueille les témoignages d’anciens soldats de MK. Ils racontent leur engagement, leurs actions héroïques, mais aussi leurs rêves déçus. Pendant trente ans, ces hommes et femmes se sont formés à la guérilla dans des pays voisins ou appartenant au bloc soviétique. Leur jeunesse a été sacrifiée pour la cause noire, mais nombre d’entre eux ont ensuite sombré dans la misère et les addictions, privés de la reconnaissance qu’ils espéraient.


Image du documentaire - ©Temps noir

Le Chemin vers la Démocratie

 

« L’idée de présenter Mandela en pacifiste, c’est encore une façon de nous déposséder de notre histoire », estime Mac Maharaj, ancien dirigeant de MK.

 

Ce documentaire remet en lumière l’histoire et l’apport de l’aile militaire de l’ANC, illustrés par des archives. Il souligne également les inégalités et la corruption qui rongent l’Afrique du Sud aujourd’hui.

 

La perception actuelle des anciens combattants de uMkhonto weSizwe est complexe. Leur contribution au démantèlement de l’apartheid n’a jamais été officiellement reconnue. Ils ont agi dans l’ombre, souvent sans reconnaissance, malgré leur rôle crucial dans la lutte pour la liberté. Ne partageant plus la même lutte avec l’ANC, ces combattants de la liberté se sont sentis abandonnés et exclus du nouveau paysage en pleine transformation. Ils ont été contraints de naviguer dans la démocratie évolutive de l’Afrique du Sud, cherchant à maintenir leur pertinence et leur influence.

 

Les défis d’aujourd’hui sont colossaux, si bien que certains anciens membres de uMkhonto weSizwe ont exprimé des frustrations lors de leur intégration dans la nouvelle Force de Défense Nationale sud-africaine. Malgré cela, ils maintiennent une loyauté paradoxale envers l’organisation.

 

Nelson Mandela : Le fer de lance de la nation

Nelson Rolihlahla Mandela, né le 18 juillet 1918 à Mvezo (province du Cap) et décédé le 5 décembre 2013 à Johannesburg (Gauteng), a été l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique institutionnel de ségrégation raciale (apartheid). Après avoir passé 27 ans en prison, il est devenu le premier président noir de l’Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non ségrégationnistes de l’histoire du pays.

 


Affiche - ©Temps noir

L’ombre de la liberté

 

« La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute. »

Nelson Mandela

 

MK n’était pas seulement une force armée, mais une promesse de liberté. Leurs balles étaient des mots, leurs fusils des idées. Ils ont écrit une nouvelle page de l’histoire, une page où la justice et l’égalité étaient les protagonistes. Et même si leurs noms se sont estompés, leurs sacrifices murmures encore aux oreilles de l’Afrique du Sud.

 

Aujourd’hui le documentaire de 0svalde Lewat  honore ces héros oubliés. Leurs cicatrices sont la mémoire de ce peuple, leurs luttes une inspiration pour le monde entier. Car dans l’obscurité, ils ont allumé une étoile qui brille toujours, guidant ce chemin vers un avenir que nous espérons plus juste et plus libre. MK, l’armée secrète de Mandela, restera gravée dans les annales de leur histoire. Leurs pas silencieux ont ouvert la voie à la lumière, mais c’est dans l’ombre de cette  espérance qu’ils vivent aujourd’hui.  Dès lors, nous devons garder en mémoire le  murmure des oubliés et leur apporter  gratitude  respect et surtout reconnaissance.

 

Présentation du documentaire



Disponible sur ARTE jusqu’au 20 octobre 2024. 

Note: Ce documentaire est disponible en France et en Allemagne sur la chaine.

2 405 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page