top of page
  • Photo du rédacteurSerge Leterrier

Pauvres créatures

Pauvres créatures

De Yórgos Lánthimos

Article de Serge Leterrier

 

Emma Stone, la nouvelle Frankenstein…

 

Troisième collaboration de Yórgos Lánthimos avec l’actrice/productrice Emma Stone, pour "Pauvres Créatures" qui fait le plein de récompenses (le Lion d’Or du meilleur film à Venise et deux Golden Globes, dont l’un pour Emma Stone comme meilleure actrice), en attendant la 96e cérémonie des Oscars (le 10 mars à Los Angeles), avec 11 catégories décrochées.

Emma Stone est pressentie dans la catégorie reine de la « Meilleure actrice».


Le film « Pauvres Créatures » de  Yórgos Lánthimos culmine au Panthéon des nominations, juste après « Oppenheimer » (NDRL : Article de Marie Ange Barbancourt du mardi 30 janvier 2024), grand favori, qui signe sa suprématie avec treize nominations.


Affiche © Searchlight Pictures (Etats Unis), Walt Disney Company France.

Le réalisateur Grec Yórgos Lánthimos n’est pas à ses premiers succès. Déjà,  en 2009, avec son troisième long-métrage, Canine, il obtient le prix « Un certain regard » (UCR), événement en marge du Festival de Cannes qui met en perspective un cinéma plus original et audacieux que celui de la sélection officielle, et récompense des cinéastes encore inconnus ou peu connus.…  Et The Lobster,  son cinquième film qui décroche le prix du jury à Cannes en 2015. Viendront ensuite le prix du scénario au  Festival de Cannes 2017 pour le film Mise à mort du cerf sacré, le grand prix du Jury pour La Favorite en 2018, à la Mostra de Venise. En 2029, à la cérémonie des prix du Cinéma Européen et toujours pour La Favorite il recevra les récompenses du « meilleur réalisateur » et du « meilleur film ».

Je ressens que le palmarès ne va pas s’en arrêter là avec l’engouement du public et des professionnels du cinéma les récompenses risquent encore de pleuvoir pour ce nouveau long-métrage, Pauvres Créatures.

 

Mais avant de pénétrer l’univers du réalisateur, je vous laisse apprécier le synopsis de cette histoire autant atypique que singulière.

 

SYNOPSIS

Bella (Emma Stone) est une jeune femme ramenée à la vie par le brillant et peu orthodoxe Docteur Godwin Baxter (Willem Dafoe). Sous sa protection, elle a soif d’apprendre. Avide de découvrir le monde dont elle ignore tout, elle s'enfuit avec Duncan Wedderburn (Mark Ruffalo), un avocat habile et débauché, et embarque pour une odyssée étourdissante à travers les continents. Imperméable aux préjugés de son époque, Bella est résolue à ne rien céder sur les principes d’égalité et de libération.


Affiche © Searchlight Pictures (Etats Unis), Walt Disney Company France.

Un OVNI au-dessus de la planète cinéma

Le long-métrage, Pauvres Créatures est en partie filmé au Fish-eye (objectif grand-angle 180°) en alternant le noir et blanc et la couleur. Yórgos Lánthimos s’amuse des cadrages originaux, donnant à son œuvre une ambiance dramatique en appuyant  sur les effets que nous pouvons retrouver dans les films d’épouvante, thriller avec des mouvements de caméra qui flirte avec les codes des  comédies musicales. Ce n’est pas pour rien que cette œuvre  est nominée pour ses décors absolument saisissant et fantastiques, ses effets visuels surréalistes, ses costumes créatifs et complètement décalés, ses maquillages démesurés comme l’est le film tant  au niveau visuel que dans sa narration. Pauvres Créatures est un véritable hommage aux films classiques avec les graines de folies du réalisateur en supplément. Ce cinéaste  est à la mesure d’un Tim Burton qui dépeint dans son univers incroyable des histoires singulières et flamboyantes. Il repousse ou attire, déroute le plus souvent, mais il ne laisse certainement pas indifférent. Le monstre que Yórgos Lánthimos nous présente est loin d’être repoussant, tout au contraire. Bella est le cœur d’intention du film qui,  dans son comportement d’enfant va envoûter, séduire et attirer le regard du spectateur…

L’histoire est une invite à un fascinant  voyage initiatique commençant par la visite de Bella dans  le « vrai monde », mais aussi son incursion au sein de l’intime raison du plaisir d’où elle va extraire  son émancipation résultat de  son épanouissement dans sa nouvelle vie.

Sans m’écarter de la vérité,  je peux dire que la mise en scène du réalisateur est dans la nature de ce récit captivant,  d’une précision extraordinaire dans sa justesse technique et dans son écriture visuelle.

Et que dire d’Emma Stone, lumineuse et éclatante dans son rôle de Bella Baxter. Une composition magistrale à la mesure de cette comédienne qui s’inscrit parmi les meilleures actrices du moment. Après le Golden Globe peut être une autre statuette aux Oscars. .. Pour le savoir, rendez-vous le 10 mars !


© Searchlight Pictures (Etats Unis), Walt Disney Company France.

Dans Pauvres Créatures tout a commencé par un suicide… Pour voir la transmutation de Bella ! Le point de départ pour un voyage au-delà de vos aspirations, comme vous n’en avait jamais vécu… Heureusement, peut-être !

 

Une petite anecdote croustillante du tournage pour clôturer cet article

C’est après  une erreur du coloriste qui s’occupait des cheveux d’Emma Stone que le noir de jais s’est imposé au réalisateur qui  lui,  avait demandé une couleur brune beaucoup plus naturelle. Accidentellement, le coloriste a donné la nuance la plus foncée, ce qui aurait pu être une catastrophe a été pour le coup une véritable réussite, faisant du personnage d’Emma Stone une créature surréaliste et oh combien crédible en « monstresse » ingénue, puérile et fatale…

 

Et si vous ne l’avez pas visionné, je vous invite, dès aujourd’hui, à le faire !



Pauvres Créature est un long métrage de genre fantastique produit par Ed Guiney, Andrew Lowe, Yórgos Lánthimos et Emma Stone. Le film est une adaptation du roman d’Alasdair Gray (éditions Métaillé) paru en 1992. Produit et distribué  © Searchlight Pictures (Etats Unis), Walt Disney Company France.

Avec Emma Stone, Mark Ruffalo, Willem Dafoe, Ramy Youssef, Christopher Abbott, Suzy Bemba, Jerrod Carmichael…



10 135 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

NAPOLEON

bottom of page