top of page
  • Photo du rédacteurMarie Ange Barbancourt

Magnificat !

Magnificat !

Un film magnifiquement porté par Karin Viard

 

Par Marie Ange Barbancourt

Rédactrice en chef des Magazines Diamont History Group

 

Magnificat  est un film qui amène une réflexion sur la situation des femmes au sein de l’église. On frappe de plein fouet au cœur de la problématique qui existe depuis la naissance de cette institution. La religion catholique a toujours relégué les femmes au second plan ne leur laissant aucune place forte dans la chose de Dieu. Protégeant un système patriarcal qui fait date.

Le film de Virginie Sauveur soulève tout le rapport des femmes à l’église dans le catholicisme.  Ce film va sûrement heurter la susceptibilité des diocèses catholiques. La cinéaste touche à ces interdits et aux préjugés qui empêchent les femmes d’accéder à des rangs élevés au sein du clergé.


Karin Viard - Credits © 2021 PHOTOS : Move Movie - Terence Films - Orange Studio

À la mort d’un prêtre  on découvre lors du constat que c’était une femme, la chancellerie du diocèse veut enquêter pour savoir comment cela a t-il pu arriver tandis que son évêque (François Berléand) veut passer ces faits sous silence. Ce prêtre tant apprécié par ses paroissiens a dupé l’église. La chancelière ( Karin Viard) va s’investir dans une enquête sur la vie du dénommé Pascal Foucher pour essayer de comprendre la portée de son acte spirituel.

 

 La réalisatrice dit:

 

 «Le but de Magnificat n’est pas d’attaquer l’Église. Si je peux être un levier pour ouvrir le débat sur l’ordination des femmes prêtres, j’en serais très fière et très heureuse, mais il fallait aussi que le film soit le plus respectueux possible de la réalité de l’Église » 

 

Adapté du roman Femme en noir de Anne-Isabelle Lacassagne paru en 2017  au Rouergue.   Sortie en France l’été dernier ce film arrive enfin au Québec et vient nous interpeller dans nos croyances. Le film par contre pêche  par une trop grande trame narrative.

Sinon Il est bon de rappeler que c’est une  chasse gardée masculine, à ce titre le film alimente bien cette réflexion toujours à propos. Malgré l’évolution des moeurs, les nombreuses doléances pour la mixité au sein de l’église, rien ne bouge, tout est figé dans le temps. L’église n’a rien cédé aux femmes. 


Cela arrivera t-il un jour ?


Un rappel de temps en temps est essentiel.  Le débat et rouvert !

 


Affiche - Credits © 2021 PHOTOS : Move Movie - Terence Films - Orange Studio

Virginie Sauveur Scénariste et réalisatrice

(Selon le dossier de presse)

 

En 2003, Virginie Sauveur écrit Quelques jours entre nous. Elle continue sur sa lancée en réalisant Celle qui reste, avec Julie Depardieu et Julien Boisselier en 2005. En 2009, elle se lance finalement dans le téléfilm Frères pour France 2 en engageant de jeunes acteurs tels que Tewfik Jallab, Mhamed Arezki, Sabrina Ouazani et Céline Sallette. qui rafle trois récompenses au festival de la fiction télévisée de La Rochelle. Habituée au format télé, elle rejoint, en 2012, l’aventure Canal + en réalisant les épisodes 7, 8, 9 et 10 de la saison 4 d'Engrenages. Elle semble avoir pris goût au format sériel, puisqu’en 2015, elle co-écrit et réalise une mini-série, entre drame familial et polar nordique, Virage Nord pour Arte.


Karin Viard - Credits © 2021 PHOTOS : Move Movie - Terence Films - Orange Studio

La Photographie de Noémie Gillot est superbe, Le film bien porté par les acteurs.   L’actrice Karin Viard en chancelière est magnifique et porte le personnage avec justesse. François Berléand un acteur de talent aborde son rôle avec précision.

Avec aussi Maxime Bergeron, Patrick Catalifo, Nicolas Cazalé, Anaïde Rozam et plusieurs autres.


Un film qui nous rappelle qu’il faut se battre pour garder la foi.  Magnificat un réquistoire contre l’establishment clérical. 


Ce drame sort au Québec Canada le 5 avril quelques jours après Pâques




François Berléand - Credits © 2021 PHOTOS : Move Movie - Terence Films - Orange Studio

3 447 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page