top of page
  • Photo du rédacteurAnthony Xiradakis

Ivan Meštrović - Le Rodin croate

Ivan Meštrović - Le Rodin croate

L’héritage d’un artiste exceptionnel


De Anthony Xiradakis

 

Ivan Meštrović, souvent surnommé le « Rodin croate », a laissé une empreinte indélébile dans l’histoire de l’art croate et également mondial. Né en 1883, il a traversé des périodes mouvementées, marquée par deux guerres mondiales, tout en créant des œuvres d’art qui ont transcendé les frontières et les cultures. Ce sculpteur, architecte et écrivain a non seulement façonné l’art moderne croate, mais a également influencé des générations d’artistes à travers le monde. Dans cet article, nous allons brièvement explorer la vie, l’œuvre et l’héritage de cet artiste exceptionnel, dont l’inspiration  à traverser le temps.

Photo Ivan Meštrović – Copyright ©George Gratham Bain Collection

Son enfance

 

Ivan Meštrović est né le 15 août 1883 à Vrpolje, en Slavonie, région de l’actuelle Croatie. Il a passé son enfance dans le petit village dalmate d’Otavice, lieu d’origine de ses parents, situé dans les Alpes dinariques. Son père était un paysan pauvre et éleveur de moutons.

 

La famille de Meštrović était très religieuse, une influence qui se reflète dans ses sculptures. À l’âge de treize ans, il a commencé son premier apprentissage auprès d’un tailleur de marbre. En 1899, un maître tailleur de pierre de Split du nom de Pavle Bilinić a remarqué son talent. Il a pris le jeune garçon de seize ans sous son aile en tant qu’apprenti. La femme de Bilinić était professeur de lycée et sous la tutelle du couple, les compétences de Meštrović se sont considérablement améliorées.

 

L’étude de l’architecture de la ville par Meštrović a joué un grand rôle dans l’affinement de son talent. Peu de temps après le début de cet apprentissage, Meštrović a été admis à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Il y a étudié jusqu’en 1904.

 

L’enfance de Meštrović a surtout  été marquée par la pauvreté et la religion, mais aussi par une passion précoce pour la sculpture et l’architecture.

 

Côté cœur, il a divorcé de sa première femme, Ruza Klein, qu’il a épousée en 1904, et épouse plus tard Olga Kestercanek, avec qui il aura quatre enfants et passera le reste de sa vie.

 

La carrière artistique d’Ivan Meštrović a connu plusieurs périodes marquantes. C’est ce que nous allons découvrir ensemble.

Photo Puits de vie (1905), fontaine devant le Théâtre national croate de Zagreb

La période Héroïque (1908-1912) 

 

Comme nous l’avons vu précédemment Ivan Meštrović, né dans un petit village de Croatie-Slavonie, a vu sa vie et son art façonnés par son opposition à l’Empire austro-hongrois, ce qui l’a finalement conduit à l’exil. Le  maître tailleur de pierre de Split, qui l’a pris comme apprenti l’a aidé à trouver un parrain pour ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Malgré les difficultés, Ivan a persévéré et a rejoint le groupe de la Sécession viennoise, contribuant à un nouveau mouvement artistique. En 1908, il s’installe à Paris, où sa production artistique s’intensifie. Son travail attire l’attention de Rodin, qui devient un ami et un mentor, encourageant Ivan à voyager. La  relation entre Ivan Meštrović et Auguste Rodin a été marquée par une admiration mutuelle et une influence artistique significative. Une amitié est née entre les deux hommes.

Meštrović et Rodin ont même partagé la même inspiration littéraire – celle de Dante, et surtout  La Divine Comédie. (Rodin y a consacré son projet de toute une vie « Les portes de l’enfer »).

 

Le Sculpteur a été l’initiateur du groupe national-romantique Medulić, qui préconisait la création d’art aux caractéristiques nationales inspirées par les chansons folkloriques héroïques. C’est pendant cette période qu’il a réalisé le Cycle du Kosovo, un ensemble de sculptures monumentales stylisées qui ravivent le mythe national.

La période héroïque de Meštrović a également été marquée par son engagement politique. Son art de cette époque reflète son désir de créer une identité nationale croate forte et unie, et ses sculptures sont imprégnées d’un sentiment de fierté et de détermination..

 

La première Guerre mondiale (1914-1918)

 

La tragédie de la Première Guerre mondiale a influencé l’artiste qui a adopté un style expressionniste puissant et une religiosité mystique. En 1917, il a commencé son cycle de reliefs en bois sur le thème de « La Vie du Christ », qu’il n’a achevé qu’en 1954.

Mais cette période a été tourmentée, contraignant Ivan Meštrović  de quitter son pays natal, la Croatie, pour l’Italie, en raison de son opposition au régime austro-hongrois. Pendant son exil en Italie, il a réalisé l’une de ses œuvres les plus célèbres, une sculpture dédiée à Auguste Rodin intitulée « L’artiste au travail ». Ces œuvres expriment des états émotionnels de plus en plus intenses et sont réalisées dans une combinaison de styles archaïques, gothiques, sécessionnistes et expressionnistes. En outre, Meštrović a joué un rôle de leader dans le mouvement pour créer la nation de la Yougoslavie. 

 

La période de l’entre-deux-guerres (1919-1939)

 

Après la Première Guerre mondiale, Meštrović est retourné en Croatie et a commencé une longue et fructueuse période de sculpture et de travail pédagogique. Il a produit une importante galerie de grands hommes tels que Marko Marulic et Grégoire de Nin à Split, Andrija Medulic, Josip Strossmayer et Ruder Boskovic à Zagreb. En outre, l’artiste a réalisé des œuvres monumentales pour Chicago, notamment deux statues équestres d’Indiens. Ces œuvres ont contribué à établir sa réputation internationale et ont montré sa capacité à travailler à grande échelle. C’est également pendant cette période que Meštrović a commencé à travailler sur des projets architecturaux, combinant ses talents de sculpteur et d’architecte pour créer des œuvres d’art intégrées à l’environnement bâti.

 

La période de la Seconde guerre mondiale (1945-1962) 

 

Ivan  Meštrović. Après avoir insulté Hitler en refusant son invitation pour exposer à Berlin, a été arrêté et détenu pendant cinq mois à la prison de Savska Cesta. Durant son emprisonnement, il a esquissé des plans pour de futures sculptures religieuses, dont sa célèbre Pietà. Libéré grâce à une pétition du Vatican, il a vécu un temps à Rome avant de s’installer en Suisse, où il a été gravement malade pendant un an. Cette période a également été marquée par des tragédies personnelles. Sa fille est également tombée  malade,  son frère a été emprisonné, sa première femme est décédée pendant la guerre, et trente membres de sa famille, de descendance juive, ont été assassinés pendant l’Holocauste.

En 1942, il a été contraint de fuir sa maison en Croatie. En 1947, il quitté l’Europe pour les États-Unis, où il va passer le reste de sa vie. 

 

L’après-guerre

 

Après la Seconde Guerre mondiale, Ivan Meštrović a passé un certain temps à Rome, réticent à accepter une invitation du maréchal Tito pour retourner en Yougoslavie. En 1947, il a finalement accepté un poste de professeur à l’Université de Syracuse (ville de l’Etat de  New York), déménageant aux États-Unis avec sa femme et son plus jeune fils. La même année, il a eu le privilège d’avoir sa propre exposition au Metropolitan Museum of Art de New York, une première pour un artiste vivant. En 1955, il a été invité par le révérend Theodore Hesburgh, alors président de l’Université de Notre-Dame (South Bend en Indiana) à enseigner et à travailler dans cet institut, une invitation qu’il a acceptée.

Cependant, la fin de sa vie a été marquée par le deuil de sa fille Marta et de son fils Tvrtko, un chagrin qui se reflète dans quatre de ses dernières œuvres. Avant sa mort en 1962, il a fait un dernier voyage en Yougoslavie, où il a fait don de 59 de ses œuvres à des églises, des couvents et des communautés de son pays natal. Ses œuvres continuent d’orner le campus de Notre-Dame.

 

Il a continué à œuvrer sur des commandes de sculptures, passant ses étés dans sa maison (maintenant la Galerie Meštrović) à Split.

C’est également pendant cette période qu’il a, de nouveau  travaillé, sur son cycle de reliefs en bois sur le thème de “La Vie du Christ”, qu’il n’a achevé qu’en 1954. Ces œuvres ont dominé le reste de la carrière de Meštrović.

Photo sculpture Ivan Meštrović – Copyright © Meštrović Gallery

« Mon art s’exprime en bois dur et en pierre, mais ce qui est dans l’art n’est pas en bois ou en pierre, c’est en dehors du temps et de l’espace. L’art est à la fois un chant et une prière. » Ivan Meštrović

 

Ivan Meštrović est décédé le 16 janvier 1962 à South Bend, Indiana, aux États-Unis. Il a laissé un héritage durable dans l’art croate et mondial, et son influence se fait encore sentir aujourd’hui.

 

« En vain, les hommes impies et agités qui produisent aujourd’hui des armes dans l’espoir de subjuguer le monde pensent que le tronc de l’arbre croate est tombé. Il survivra et durera plus longtemps que les forces du mal dans ma patrie et dans le monde entier. » - Ivan Meštrović

Photo - Galerie Ivan Mestrovic, Split

5 335 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 commentaires


Invité
07 juin

Vraiment intéressant!

J'aime

Invité
05 juin

J'e ne connaissais pas ce sculpteur merci de me l'avoir fait connaître

J'aime
bottom of page