top of page
  • Photo du rédacteurMarie Ange Barbancourt

L’histoire des autochtones du Canada

Juin, mois de l’histoire des autochtones du Canada

 

Par Marie Ange Barbancourt

Rédactrice en chef et Directrice du développement Diamond History Group

 

La richesse des premières nations est chaque année mis en valeur pour célébrer les traditions et la culture Amérindienne.  Terre en vues, une société axée sur la diffusion de la culture autochtone, nous invite à une cérémonie pour marquer le Jour national des peuples autochtones qui se tiendra dans la Ruelle du Musée McCord Stewart. 690 rue Sherbrooke O. (Musée d’histoire sociale de Montréal)  Feu du jour, cérémonie du tabac avec les aînés Mohawks de Kahnawake, allocutions de circonstance. Le cérémonial débutera à 8:30.

mccord-stewart_exposition- artiste Mc Snow- Photo Musée Mc Cord - Roger Aziz_portrait

Une culture riche et variée dont nous fait cadeau ce peuple avec de plus en plus d’ouverture sur les grandes traditions et les coutumes ancestraux.  Une activité dédiée au Caribou Forestier emblème des traditions afin d’amener la sensibilisation à sa sauvegarde. (Selon le site Nature Quebec, le caribou forestier, autrefois en grand nombre, connaît un déclin en raison des activités forestières. On estime que pour survivre le caribou a besoin de moins de 35% de perturbation alors qu’aujourd’hui  c’est à 75%. Plusieurs stratégies sont mise en place pour protéger cette espèce emblématique du Canada)


Pour la petite histoire en brève

 

Le peuple Amérindien  est l’un des peuples ayant le plus souffert dans le monde avec quelques  56 millions  de disparus environ entre  1492 et 1600,  soit par les massacres ou les  épidémies de maladie  (Une étude menée par des scientifiques de l'University College of London )  cette population ayant été décimé après l’arrivée des colons. Un premier centenaire assez génocidaire, si on considère ces données,  qui marque l’arrivée de Christophe Colomb dans sa conquête des Amériques.


Leur rendre hommage et essayer de comprendre cette culture est d’autant plus important afin de sortir du folklore véhiculé au fil des ans par le cinéma hollywoodien ou les préjugés de toutes sortes alimentés par la culture populaire.

Parler des amérindiens en ce mois de juin est essentiel puisque à chaque année les descendants de colons que nous sommes peuvent ainsi se donner bonne conscience ou crier gare à cette injustice qui perdure puisque privé de leur terre, ils vivent dans des réserves.

 

Les premiers arrivants ils sont!

 

Quant à l’arrivée des autochtones sur le continent il y a bien une hypothèse selon laquelle les premiers seraient venus de Chine durant la période glaciaire

Ce peuple premier, arrivant sur le continent, serait arrivé durant la période de grand refroidissement climatique du nord de la chine il ya des milliers d’années. Selon les chercheurs la période probable remonte à deux grandes vagues, quelques 26 000 ans et 19000   à 11500 ans

On soutient aussi, selon les chercheurs, que 14 à 38% des amérindiens seraient issus d’une population vivant en Sibérie il y a 24 000 ans.

D’autres hypothèses parlent des océaniens qui auraient traversé l’océan Pacifique selon l’archéologue Dennis Stanford. Des études génétiques ont réfuté cette thèse.

 

Toujours est-il que ce sont les premiers arrivants qui ont peuplé l’Amérique

 

Ce sont-là les grands points du développement des amérindiens sur le continent nord américain si à chaque année le mois de juin est consacré à l’histoire autochtone. C’est en 2009 que cette décision a été prise par la chambre des communes au Canada  afin de promouvoir la culture, la force, la résilience des premières nations. Quelques années auparavant, en 1996, une journée particulière a été décrétée, le 21 juin,  journée nationale des autochtones au Canada à l’instigation du Gouverneur  Général d’alors, Roméo Leblanc. Selon la proclamation enchâssée dans la constitution en juillet 1996.

 

À propos de la cérémonie du tabac

 

Le tabac a toujours une grande signification rituélique dans la culture des peuples autochtones.  Quand le tabac brûle,  selon la croyance , La fumée transporterait les doléances vers le monde des esprits

 

Malgré la grande réconciliation on se rappellera

 

L’histoire du Canada en est une marquante par des périodes sombres dans l’histoire de ce territoire que nous foulons tous les jours et qui est emprunté aux amérindiens qui n’ont jamais volontairement cédé leur terre.

 

C’est en 1763 que le premier traité entre la couronne Britannique et les autochtones ont été signé par le roi Georges III reconnaissant  les droits des premières nations au Canada, établissant ainsi les bases des relations des premières nations avec la Couronne. (Selon le site du gouvernement Canadien.)

Capture d'écran cérémonie

Si on célèbre il faut garder en mémoire le passé quoique sombre de ce peuple qui au cours des siècles a subi les affres des colonisateurs et continuent de se battre pour sa survie dans ce monde faisant fi du passé. Pendant plus d’un siècle les enfants autochtones ont été placé de force dans des pensionnats sous l’égide du gouvernement canadien et du clergé. On est en 1867, quand cette règle d’assimilation prend forme dans le but de les soustraire à leur propre culture afin qu’ils soient asservis par la culture dominante ainsi un siècle s’écoulera dans le déchirement des familles. Le dernier pensionnat fermera ses portes fin des années 90. Les premières excuses se feront sentir en 2008 par le gouvernement du premier ministre d’alors, Stephen Harper et depuis se multiplie les excuses, les réparations,  les dénonciations et la grande réconciliation.  Ma foi, si le chemin est long,  le passé ne définit pas ce peuple même si les vestiges restent.  Le peuple autochtone, exemple de résilience, est plein de détermination pour que ne meure jamais cette richesse culturelle.

 

 

Si on revient à ce mois célébrant le peuple Autochtone, une foule d’activités est offerte. Au delà des clichés, on propose un regard libre de préjugés sur l’héritage culturel des amérindiens.  Le Musée McCord, où  a lieu cette cérémonie, propose jusqu’au 24 août  dans le cadre d’une collaboration avec la biennale d’art contemporain autochtone l’exposition  «Présence du passé».  Pour sa première collaboration avec la Biennale d’art contemporain autochtone, le Musée accueille l’artiste kanien’kehá:ka MC Snow. L’artiste explore à travers deux œuvres originales, les émotions et les messages véhiculés par les objets kanien’kehá:ka de la collection Cultures autochtones du Musée.  MC Snow. et Jonathan Lainey conservateur Cultures autochtones, ont sélectionné plus d’une quarantaine d’objets de la collection qui accompagnent les œuvres de l’artiste, permettant de découvrir poteries, porte-bébés, poupées et flèches. (Source Musée McCord)

Mc Snow un artiste marquant pour qui la préservation de la culture autochtone est essentielle https://www.musee-mccord-stewart.ca/fr/expositions/presence-du-passe-mc-snow/

 

Terre en vues, la société qui contribue à la diffusion de la culture amérindienne sous toutes ses  formes., fondée dans les années 90, contribue à l’évolution et à la reconnaissance culturelle et artistique du peuple autochtone, notamment par son Festival international multidisciplinaire, Présence autochtone et plusieurs activités extérieures à travers les villes.

 

Célébrons la culture Amérindienne dans tous ses états durant tout le mois de juin!


 



6 388 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page