top of page
  • Photo du rédacteurMarie Ange Barbancourt

Donald Sutherland

Un Monstre sacré du cinéma nous a quitté

Donald Sutherland, Un héritage cinématographique

 

Par Marie Ange Barbancourt

Rédactrice en Chef et Directrice du développement Diamond History Group

 

Né le 17 juillet 1935 l’acteur vient de nous quitter ce 20 juin à l’âge de 88 ans des suites d’une longue maladie, il était  né à Saint-Jean au Nouveau Brunswick Canada

 

Son fils l’acteur Kiefer Sutherland a annoncé son décès sur les réseaux sociaux :

 

« With a heavy heart, I tell you that my father, Donald Sutherland, has passed away. I personally think one of the most important actors in the history of film. Never daunted by a role, good, bad or ugly. He loved what he did and did what he loved, and one can never ask for more than that. A life well lived. »


(C’est avec le cœur lourd, je vous annonce que mon père, Donald Sutherland, est décédé. Je pense personnellement que c'est l'un des acteurs les plus importants de l'histoire du cinéma. Jamais intimidé par un rôle, bon, mauvais ou laid. Il aimait ce qu’il faisait et faisait ce qu’il aimait, et on ne peut jamais demander plus que cela. Une vie bien vécue. )

Donald Sutherland 1935-2024 - Crédit ; IMDB

L’acteur a joué dans près de  200 films au  cinéma et à la télévision. C’était un vrai caméléon, il pouvait endosser n’importe quel personnage avec une vérité absolue. 

 

Donald Sutherland a étudié l’art dramatique à l’Université de Toronto puis il déménagera à Londres pour parfaire son art à la London Academy of Music and Dramatic.  Son premier travail à la radio, il l’obtient à l’âge de 14  ans en tant que correspondant local pour la chaîne de radio CKBW

On le verra à la télévision britannique dans des petits rôles avant d’être choisi pour un premier film en 1964, un drame d’horreur  Le château des morts vivants de Luciano Ricci, ensuite il jouera dans plusieurs autres films. Sa célébrité il l’a vraiment  acquis  en 1967  avec LES DOUZE SALOPARDS ( The Dirty Dozen) un film de guerre de Robert Aldrich,  il enchainera avec un autre film de guerre  M*A*S*H  de Robert Altman dans le rôle d’un chirurgien sarcastique Hawkeye Pierce. 

Les années 70 le rôle l’inspecteur John  Klute sera déterminant  Klute un film noir avec pour vis à vis Jane Fonda. À cette même période il soutiendra Jane Fonda dans sa lutte contre la  guerre du Vietnam. Il tournera dans plusieurs long métrage.

L’incarnation d’un fasciste sadique dans 1900 de Bertolucci en 1975 lui vaudra la faveur des critiques de cinéma.  Casanova de Fellini a été aussi un film marquant dans la peau du séducteur Giacomo Casanova en 1976. En 1978 il apparaîtra dans quelques trois films Invasion Of the body Snatchers,  The great Train Roberry, Animal House  très différents l’un de l’autre.

 

Les années 80 le verront avec quelques 17 films entre 1980 et 1989 et notamment le film Ordinary People de Robert Redford incarnant un père endeuillé d’un de ses fils et un autre suicidaire.  Il en a fait plusieurs autres dont Crackers de Louis Malle, Témoin indésirable de Desmond Davis.

 

Les années 1990 seront encore plus prolifiques avec une accumulation extraordinaire de rôle dont Docteur Normand Bethume de Philip Borsos (réalisateur canadien d’origine australienne mort en 1995), JFK d’Olivier Stones, Backdraft de Ron Howard.  Dans la seule année 1991 il tournera dans six films, trois en 92,  quatre en 93 trois en 94. De 1995 à 1997 il tourne dans six films et cinq en 1998 pour terminer la décennie avec le film Instinct du réalisateur  américain Jon Turteltaub.

 

On peut citer cette carrière  fait de hauts avec au début des années 2000 Space cowboys de Clint Eastwood.  En passant  par son rôle dans Hunger Games  science-fiction de Gary Ross dans la peau de l’impitoyable Président Coriolanus Snow et pour terminer les années 2023 avec Lawmen : L'histoire de Bass Reeves (une série en huit épisodes  relatant l’histoire du premier shérif adjoint noir de l’United States Marshall services) incarnant le personnage de Isaac Parker juge à la cour Fédérale aux Etats-Unis.

Donald Sutherland dans S_M_A_S_H

 

Avec son allure élancé, ses grands yeux bleus une voix grave et bien posé, il s’est imposé au cours des ans, laissant un grand héritage cinématographique.

 

Des honneurs bien mérités

 

Nommé officier de l’Ordre du Canada en 1978, puis compagnon en 2019 et commandeur de l’ordre des Arts et des lettres en 2012, il a également reçu de nombreuses distinctions cinématographiques, dont Primetime Emmys deux Golden Globes et un Critics Choice Television Award, Sutherland n'a jamais été nominé pour un Oscar. Il a cependant reçu un Oscar honorifique en 2017.

Sur le Hollywood walk of Fame on peut voir l’étoile de Donald Sutherland depuis 2011.

En octobre 2023 poste Canada  a émis un timbre en son honneur, commémorant la carrière de l'un des acteurs le plus respecté et polyvalent du Canada. Ses mémoires, une sortie posthume est prévue à l’automne  intitulé Made Up still True. Ce n’est là, qu’un bref aperçu du parcours de ce monstre sacré du cinéma international, du Canada qui a brillé durant des décennies sans en perdre sa lumière.  C’est désormais là-haut qu’il ira posé son étoile.


Nous présentons nos condoléances à sa femme Francine Racette, ses enfants l’acteur Kiefer Sutherland, Rossif Sutherland, Rachel Sutherland, Angus Sutherland, Roeg Sutherland...

Donald Sutherland et Kiefer son fils - Capture d'écran

4 553 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page