top of page
  • Photo du rédacteurSerge Leterrier

Abel Gance

Abel Gance

Son  Napoléon à Cannes

 

Un article de Serge Leterrier

 

Le film Napoléon d’Abel Gance est une œuvre cinématographique légendaire qui a marqué l’histoire du cinéma muet. Ce chef-d’œuvre, qui a nécessité plus de seize ans de travail pour sa restauration, sera présenté en ouverture de Cannes Classics lors du 77e Festival de Cannes.

 

La première époque de ce film, d’une durée de 3h40, sera projetée en préouverture du Festival de Cannes. Cette restauration monumentale a été réalisée par la Cinémathèque française avec le soutien du CNC. Pour cette reconstruction titanesque du film d’une durée de 7 heures, divisée en deux époques, différentes sources ont permis de revenir à la trame originale. (NDLR – Voir, en fin d’article, l’excellent reportage de FR3 régions sur la restauration de ce film)


Photogramme du film Napoléon vu par Abel Gance © La Cinémathèque française

Son Napoléon


Napoléon vu par Abel Gance a bouleversé le public et la critique lors de sa première projection à l’Opéra de Paris le 7 avril 1927, en présence du Président de la République Gaston Doumergue et des Maréchaux Foch et Joffre. Cette œuvre sera considérée comme l’apogée de sa carrière. A noter que son Napoléon fut l’un des derniers films muets avant l’avènement du cinéma parlant. Ce film consommera 450 000 mètres de pellicule, impressionnés par dix-huit appareils et le montage exigera plus d'un an de travail.

 

Napoléon d’Abel Gance va être projeté dans son intégralité (7heures en 2 parties) en ciné-concert symphonique exceptionnel diffusé sur écran géant, avec 250 musiciens de Radio France à la Seine Musicale à Paris les 4 et 5 juillet 2024.

Pour plus de renseignements sur cet événement :

 

Naissance d’une légende

Abel Gance a vu le jour le 25 octobre 1889 à Paris. Son père, le docteur Abel Flamant, ne l’a pas reconnu à sa naissance, et c’est donc sous le nom de sa mère qu’il a été inscrit à l’état civil. Ce n’est que le 25 septembre 1895 que Françoise Perthon, sa mère, le reconnaît officiellement comme son fils, lors d’un acte passé à la mairie du 18e arrondissement de Paris. Deux ans plus tard, Françoise épouse Adolphe Gance, qui adopte Abel, lui donnant ainsi le nom de Gance.

Le mystère entourant la naissance illégitime d’Abel Gance, ainsi que sa reconnaissance et son adoption à l’âge de cinq et sept ans, ne sera dévoilé au public qu’après son décès, survenu le 10 novembre 1981 à Paris.

Abel Gance, qui a passé une partie de son enfance à Commentry (Allier) chez ses grands-parents, a étudié dans un collège catholique puis au lycée Chaptal à Paris. Passionné de poésie, il a commencé des études de droit, qu’il a abandonnées pour se consacrer au théâtre et à la poésie.

il décroche un engagement au théâtre royal du Parc à Bruxelles en 1908 et effectue quelques tournées théâtrales en France. C’est à cette époque qu’il commence à s’intéresser au cinéma, en faisant de la figuration dans quelques films.

Il fonde la société de production « Le Film français » en 1911 et réalise son premier  long métrage, La Digue. De 1911 à 1917, il signe une quinzaine de films qui vont le faire connaître.

Malgré le passage difficile au cinéma parlant, Abel Gance a continué à travailler sur des projets ambitieux tout au long de sa carrière. Il a reçu le premier Grand Prix national de cinéma en 1974 et un César d’honneur en 1981, quelques mois avant sa mort.

 

Au niveau cœur, Abel Gance convole en juste noce avec  Mathilde Angèle Thizeau (1889-1966). Ce premier mariage  a  lieu le 9 novembre 1912 dans le 16e arrondissement de Paris. Il a ensuite épousé Marguerite Danis (1894-1986) lors de son deuxième mariage à Neuilly-sur-Seine, le 7 novembre 1922. Et finalement, le 7 octobre 1933, il épousera en troisième noce l’actrice Sylvie Grenade, également connue sous le nom de Sylvie Gance, née Odette Vérité (1902-1978), avec qui il a eu une fille, Clarisse.


Napoleon vu par Abel Gance - Cine-concert unique de 7h - A la Seine Musicale les 4 et 5 juillet 2024

Les « films opéras » d’Abel Gance

 

« Pour la musique des autres, je cherche, pour la mienne, je trouve. » - Abel Gance

 

Comme nous avons pu le découvrir, avant de se tourner vers le cinéma, Abel Gance était  un féru de poésie, de théâtre mais aussi de musique. C’est la littérature qui a influencé son orientation vers le cinéma  et notamment l’art narratif et bien évidement les émotions que l’image pouvait véhiculer. La musique  était aussi importante pour lui  et contribuait à rendre l’image immersive auprès du public.

Le cinéaste était, également,  un visionnaire, en avance sur ton temps, un artiste qui osait. La prise de risque était pour lui une nouvelle expérience, un nouveau monde à visiter et à filmer, comme en témoigne son Napoléon, qui ont génèré des innovations révolutionnaires pour son temps. Ce film a bouleversé le cinéma avec des prouesses techniques et esthétiques, notamment l’utilisation de caméras montées sur des chevaux et la fin du film en triptyque (trois écrans simultanés) avec 3 caméras orientées différemment et positionnées sur le même trépieds.

Perfectionniste, jusqu’au-boutiste, ennemi du détail imparfait il n’hésitait pas de refaire ses prises ou rester des heures sur le plateau pour avoir les plans qu’il désirait. Il avait un engagement total pour le film qu’il tournait.


Voici quelques œuvres d’Abel Gance  :

J’accuse – Une œuvre majeure d’Abel Gance est l’un des premier long métrage Anti-guerre, ayant comme trame la vie et la mort d’un ancien poilu devenu un pacifiste convaincu.

La roue – Un film cité comme l’un des plus grands films du cinéma muet. Ce film se singularise par son éclairage entre ombre et lumière.

Un grand amour de Beethoven – Un film sur Ludwig van Beethoven et célèbre pour sa représentation dramatique de l’existence du compositeur.

Le Capitaine Fracasse – Une adaptation du roman de Théophile Gautier.

Austerlitz – Une œuvre historique sur la célèbre bataille napoléonienne.

 

L’hommage de Cannes à Abel Gance


Le Festival de Cannes s’apprête donc à célébrer le 7e art avec solennité en accueillant la renaissance du chef-d’œuvre Napoléon d’Abel Gance, près d’un siècle après sa première projection. Le mois de mai sera témoin de la résurgence historique de cette œuvre cinématographique, avec la présentation de ce film sur la croisette lors de sa projection inaugurale à Cannes Classics.

 

A en croire les rumeurs, l’ombre d’Abel Gance planera derrière son Napoléon pour une bien belle campagne, qui contrairement à Waterloo aura l’engouement du public  français et international.

 

Reportage sur la restauration du Napoléon d’Abel Gance (Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/)


Pour ce reportage :

Georges Mourier, réalisateur et chercheur

© Cinémathèque française

© Association La Corse et le Cinéma

Jean Marc Olivesi, conservateur du Musée national de la Maison Bonaparte

Pierre-André Nicolaï, guide conférencier

Marc Guidoni, réalisateur et producteur

Léonce-Henri Burel, directeur de la photographie sur le « Napoléon »

Marguerite Beaugé, chef-monteuse sur le « Napoléon »

Abel Gance, réalisateur

Nelly Kaplan, assistante d’Abel Gance

 

Un reportage de :

Isabelle Ros

Flora Battesti

 Martine Armand

 

Retrouvez FR3 régions sur leur site internet : https://france3-regions.francetvinfo....

 

 

1 961 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page