top of page
  • Photo du rédacteurKoua Faustin André Cédric

LIMACHEL - Le son du Burkina

Dernière mise à jour : 16 oct. 2021

Michel Boco alias Limachel est né le 27 avril 1992. Cet artiste burkinabé a passé son enfance baigné par des sons musicaux grâce à son père technicien dans le domaine de la musique. Une passion qu’il va mettre à profit dans ses années lycée et universitaires à travers des nuits culturelles et « sound system » qui vont se dérouler entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. C’est dans cette mouvance que Limachel sort ses premiers titres tels que « Kamando » et « Laissez danser » en duo avec un ami Said. Cette expérience va le propulser, mais c’est en solo qu’il va devenir professionnel.


Le tout premier single sortira en 2016, « Semer dans le vent », puis « Laissez-moi ». Ce sont les premiers pas de Limachel dans le monde du show-biz burkinabé.

C’est à cette époque qu’il va participer au projet Champion d’Afrique avec d’autres artistes. Il recevra le prix de la meilleure chanson FAMA 2017.

C’est au cours d’un duo avec la chanteuse Fleur sur le tube mondial « Despacito » des Portoricains Luis Fonsi et Daddy Yankee, transformé pour l’occasion en « C’est pas si tôt » qu’il va se faire remarquer.


En 2018, il surprend tous les mélomanes burkinabé en ayant une collaboration avec le très célèbre chanteur burkinabé To Finley au répertoire mythique au pays des hommes intègres. Cette chanson « Rivière de feeling » sublimée par un magnifique clip vidéo sera nominée au Kundé 2018, dans la catégorie meilleur featuring burkinabè et remporte le prix du meilleur clip vidéo de l'année au Fama.

Il partage alors des scènes avec les plus grands du pays, notamment Bil Aka Kora, Smarty ou Alif Naba.

Grâce à un travail acharné et une passion indéfectible de la musique, Limachel nous offre en février 2018 son tout premier album intitulé ATTITUDE, d’influences RnB, AfroPop qu'il maîtrise si bien, avec une voix chaleureuse doublée d’une écriture charmeuse...

Celui que l’on surnomme souvent le rossignol où l'artiste des femmes ne s'arrête jamais et nous revient en février 2020 avec un nouvel EP « Bouche à oreille », dont le titre « La la la » en featuring avec Will B Black et sa nouvelle tuerie « Tout va bien » en collaboration avec l'immense SMARTY présent sur les ondes des grandes stations radio et les playlists des disc jockeys de la capitale ainsi que les chaînes de télé internationales...


Un artiste sur lequel il va falloir compter dans cette sphère musicale burkinabé, ainsi que sur les grandes stations radio et les playlists des disc jockeys de la capitale et les chaînes de télé mondiales...

L'artiste entend faire briller la musique burkinabé à l'échelle internationale ;





INTERVIEW

Bonjour Limachel, merci d’avoir accepté cette interview pour Cinéarts Diamond Magazine.

Dis-moi : comment es-tu entré dans la sphère musicale ?


Lorsque j’avais un moment, je m’isolais pour enregistrer des morceaux et écrire des chansons. Je chantais dans ma chambre, je répétais et travaillais dur pour positionner ma voix. D’ailleurs, mon voisin qui passait de temps en temps par-là l’avait remarqué. Il m’a invité dans le home studio d’un ami à lui et c’est ce jour-là que j’ai su que j’allais devenir chanteur. C’est grâce à cette opportunité que j’ai eu la chance d’enregistrer mes premières chansons et c’est aussi dans ce studio que j’ai été repéré par un producteur et il s’est intéressé à moi. J’avais rendez-vous, ce jour-là, avec la sphère musicale.


Tes tendances ou tes influences musicales ?

Je fais de la variété africaine, du RnB, de l’Afropop. Ce sont ces tendances que j’apprécie beaucoup et que je maîtrise le plus.


Quelles sont tes aptitudes dans la musique ?


Il y a ma voix bien sûr, c’est normal pour une chanteur (Rire), mais aussi mon écriture. J’aime écrire mes chansons, me plonger dans cette inspiration musicale et créer une mélodie.

Tu t’es vraiment installé dans le game, Le show-biz t’inspire ou c’est juste une passion que tu veux assouvir ?


C’est une passion bien sûr, une grande passion même… Pour moi, c’est l’univers dont je rêvais, mais je compte faire une grande carrière et vivre ce rêve le plus longtemps possible. Quand on aime chanter, on espère toujours continuer le plus longtemps possible. Je vais tout faire pour y arriver.


Quels sont tes projets à court et moyen terme ?

À court terme, il y a un gros son qui arrive très bientôt pour finir l'année en beauté, une tournée aussi dans certaines villes du pays et un premier concert grand public. À moyen terme, je n’ai pas encore suffisamment de visibilité ; dans ce métier, il faut beaucoup de discernement et de réalisme. C’est pas à pas que nous construisons nos rêves et que l’on nourrit nos projets. Ce sont des intentions que l’on transforme en prières.

Ta playlist actuelle regroupe quels morceaux ?

Il y a mon album « Attitude », qui regroupe 10 titres, Marissa, Rivière de feeling, Semer dans le vent et tous les autres titres.

Un EP « Bouche à oreille », composé de 4 titres, La la la, A cœur ouvert, etc.

Il y a aussi le dernier single en date « Tout va bien », en featuring, Smarty, grand prix découverte RFI.

Qu’est-ce qui est le plus gratifiant dans ta pratique de la musique ?

Pour moi, c’est de rendre les gens heureux par mes chansons, par ma musique. Donner également de l’espoir aux miens où il n’est pas toujours facile ou permis de tracer un chemin pour ceux qui arrivent derrière vous. Apporter de la joie, des émotions, du bonheur.

Et le plus difficile, ou décevant ?


Le plus difficile c’est que l’on évolue dans un environnement qui n’est pas super favorable. Il manque, ici, beaucoup de professionnalisme. Le monde du show-biz a de grosses lacunes chez nous qui ne permettent pas aux artistes de s’exporter et c’est dommage…

Comment vois-tu l'avenir de la musique au Burkina Faso ?

Nous avons la chance que les Burkinabés se mobilisent de plus en plus pour leurs artistes. J’espère que la qualité aux normes internationales évoluera rapidement. Nous avons besoin de nous exprimer en dehors de nos frontières, mettre en avant nos talents, nos artistes. Franchement, il y a encore beaucoup de travail sur certains plans, mais nous avons le potentiel pour partir à la conquête du monde, ça, c’est une certitude... J’ai foi en moi et en mon pays et je crois en l'avenir de la musique au Burkina Faso.

Ton coup de cœur dans le show-biz burkinabé ?

Oh, mon coup de cœur n’est pas dans le show-biz, mais pour ces jeunes qui tentent de casser les codes et qui font un travail considérable pour améliorer les choses, avec très peu de moyens... Mon coup de cœur est là !

Le mot de la fin pour nos lecteurs ?

J'espère que vous avez pris plaisir à me lire, restez branchés sur le magazine, découvrez ma musique et soyez un relais pour votre entourage, One love ❤

Merci Limachel, je ne peux que te souhaiter le meilleur pour la suite…


Faustin André Koua Cédric

Pour Cinéarts Diamond Magazine



Limachel

207 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page