top of page
  • Photo du rédacteurMarie Ange Barbancourt

IO Capitano

IO Capitano

( Moi Capitaine)

De Matteo Garrone

Un film bouleversant qui mériterait d’être récompensé aux Oscars dans la catégorie Meilleur film étranger

 

Par Marie Ange Barbancourt

Rédactrice en chef des Magazines Diamont-History-Group

 

On se demande comment le Réalisateur Matteo Garrone a pu penser à une histoire aussi poignante et pourquoi ?

 

 « Derrière ce comptage rituel des vivants , des morts, des nombres il y a des gens et cela est parfois oublié c’est de là que vient L’idée »


Seydou Sarr_ Acteur - Photo ©Immina Films

«Nous avons rencontré beaucoup de gars qui avaient fait ce voyage, nous avons écouté leurs histoires, puis nous avons fusionné trois des histoires qui se sont réellement passées pour écrire ce scénario, nous y avons travaillé à l’écriture durant six mois…   En écoutant ces histoires,  j’ai vu qu’il y avait une occasion de faire un grand récit d’aventure épique.»

 

On parle beaucoup des migrants  qui quitte l’Afrique pour arriver en Italie au péril de leur vie.  Le cinéaste nous fait un constat, très dur, mais heureusement la part humaine du personnage central vient alléger le propos, une respiration essentielle pour que le spectateur ne soit pas continuellement en état d’apnée.

 

On fait avec les protagonistes le parcours de ce chemin périlleux.  Seydou (Seydou Sarr prix du meilleur espoir à la Mostra de Venise en 2023) et Moussa (Moustapha Fall) partent du Sénégal bourré d’espoirs et de rêves de toutes sortes, ils ont 16 ans, les deux jeunes s’y  sont préparés durant des mois à l’insu de leurs parents en mettant l’argent de côté, n’ayant qu’une idée aller en Italie pour offrir un meilleur avenir à leur famille.   Ils vont partir en cachette en s’encourageant l’un l’autre.  Sur leur chemin, trop d’hommes de mauvaises volontés, sans foi ni loi. Ces sans Miséricorde vont leur faire vivre l’enfer les faisant quasiment rentrer dans le couloir de la mort.



Seydou Sarr - acteur - Photo ©Immina Films

Matteo Garrone a co-scénarisé le  film avec Massimo Gaudioso, Massimo Ceccherini et Andrea Tagliaferri. Un travail d’écriture ciselé dans l’air du temps  et aussi empreint d’humanité. Dans une entrevue il parle du désir de créer une forme visuelle particulière qui permet de voir une partie du voyage qui ne se voit pas habituellement.

 

« On a l’habitude de ne voir que la fin du voyage avec les bateaux qui arrivent. Je voulais donner aux spectateurs la possibilité de vivre subjectivement l’expérience du voyage, l’expérience émotionnelle à travers les yeux du protagoniste. »

 

En regardant ce film on se demande comment l’homme peut-il être pire qu’un loup pour l’homme. Bien assise dans mon fauteuil, au cinéma, le climat de malaise s’est vite installé.

 

« C’est le voyage d’un personnage qui commence comme un garçon et finit comme un homme. Au cours de ce voyage il souffre des traumatismes et de violence. et ils le marqueront à vie….»

 

Seydou Sarr et Moustapha Fall des jeunes acteurs sénégalais campent ces deux jeunes hommes avec ce qu’il  faut d’aplomb et de fragilité pour aborder leurs personnages. La participation exceptionnelle et très remarquée de l’acteur Issaka Sawadogo est à souligner.

Un film poignant !  ça prend du courage de la détermination et une vision claire pour arriver à faire ce film. Tout un défi pour le réalisateur. Il dira du tournage

 

« C’était un film très compliqué, aventureux d’une certaine manière »


Moustapha Fall et Seydou Sarr - Photo ©Immina Films

Chacun de nous, dorénavant, quand  on regardera les nouvelles après avoir vu  « IO Capitano » (Je vous invite fortement à le voir) on aura un regard plus éclairé et plus humain sur le drame des migrants. Le cinéma fait office de mémoire. On oublie souvent que c’est aussi son rôle.  Il devient de plus en plus important que le cinéma se penche sur les réalités criantes de nos sociétés. Je salue les cinéastes qui s’en préoccupent.

Immina Films (Québec Canada) l’a présenté dans le cadre des rencontres de Ciné-Québec (Un grand évènement qui réunit l’industrie cinématographique québécoise durant trois jours dans un Grand hotel et centre de congrès hors de Montréal, c’était la 18e édition. J’y vais chaque année en tant que Productrice).


Affiche - Photo ©Immina Films

Avec IO Capitano (Moi Capitaine) on peut dire haut et fort que le Cinéma Italien n’a pas  perdu de son lustre même si c’était le cas il y a quelques années, comme on dit il se refait,   Il reprend sa place et  Matteo Garrone y contribue fortement.

Le Réalisateur a une belle Filmographie avec une douzaine de films, certains lui ont valu des récompenses. Citons parmi eux Gomorra Grand Prix du jury à Cannes en 2008, et Reality en 2012 , Lion D’argent du meilleur Réalisateur pour IO Capitano en 2023. La table est mise pour un Oscar.

 

Le cinéaste prend position et dénonce cet état de choses non pas pour blamer les migrants mais pour nous donner la possibilité d’en juger par nous-même en nous offrant ce regard juste sur la réalité avec sobriété. J’espère que le 10 mars on verra Matteo Garrone monter sur le podium.  IO Capitano Un film coup de poing !



Les phrases du Réalisateur sont tirées d’une entrevue en italien mis sur you tube par Pathé.

Pour information complémentaire :

Selon L’organisation internationale pour les Migrations (OIM) SOS Méditerranée, UNHCR

25% des personnes secourues par SOS MEDITERRANÉ ont moins de 18 ans,  79% arrivés sans leurs parents.

159 410 migrants arrivés par la Méditerranée  en 2022 (C’est 5% des migrants arrivés en Europe)

En 2023,  2500 morts durant la traversée soit une augmentation de 50% par rapport à la même période en 2022

700.000 migrants de 71 nationalités seraient en Lybie, dont 65% d’Afrique Subsaharienne, 30% du Soudan et de l’Afrique du nord, 5% d’Asie.

 

Seydou et une migrante - Photo ©Immina Films

9 917 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

NAPOLEON

bottom of page