top of page
  • Photo du rédacteurMarie Ange Barbancourt

INVINCIBLE

INVINCIBLE

de Vincent René-Lortie au 96e Oscars une nomination bien méritée!

 

Par Marie Ange Barbancourt Rédactrice en Chef Diamont History Group

 

Après avoir vu le film, ma première phrase : Oh ! il sera en nomination aux Oscars dommage il est trop tard,  je ne peux pas appeler IXION le bureau de relations de Presse pour leur dire le sentiment qui  m’animait.  Pour moi, il ne pouvait en être autrement.  Ma foi une nomination bien méritée pour ce court métrage de 30 minutes nommé dans la catégorie du Meilleur court métrage de fiction.

 

« Pour moi ce qui me fait le plus plaisir avec cette nomination, on va pouvoir rejoindre plus de personnes et c’est vraiment ce qui me fait d’autant plus plaisir »


Vincent René-Lortie

Inspiré d’une histoire vraie le film met en scène les dernières 48 heures de la vie du jeune Marc-Antoine Bernier un garçon de 14 ans en quête de liberté. Le réalisateur a toujours eu cette histoire en tête depuis ce fameux jour de  juillet 2008 où il a perdu son ami qui a plongé dans une rivière à bord de la voiture qu’il conduisait.  Quelques années se sont écoulées, il lui a fallu bien du temps pour construire ce film. Aujourd’hui âgé de 30 ans il voit son oeuvre méritoire au palmarès de la plus grande remise de Prix.  Ça lui a demandé des recherches et des rencontres avec  la famille de son ami pour essayer de comprendre et avoir un regard juste sur le pourquoi de cet acte.

 

« Je voulais comprendre ce qui était arrivé dans l’année précédente. À travers tout ce processus,  je me suis rendu compte que je connaissais mal cet ami. Il  y a beaucoup de choses que j’avais mal compris à l’époque. Faire ce film a été un moyen de reconnecter avec cet ami,  c’était difficile de faire ressortir ces sentiments qui étaient peut-être un peu enfoui. Au cours de mes recherches, j’ai grandement appris sur la santé mentale de Marc mais aussi sur les problèmes de comportement chez plusieurs jeunes de cet âge-là.  À travers le développement du film j’ai dû avoir une certaine distance pour créer une fiction. »


Léokim Beaumier-Lépine dans le rôle de Marc - Photo du film Invincible

Le film est d’une grande sensibilité, Vincent René-Lortie a un sens du récit qui va le propulser au rang des grands. Malgré le sujet, le film est lumineux et amène une réflexion sur le mal être et  on pose un regard nouveau sur ces jeunes  qui restent dans un mutisme au lieu de parler.  On a envie de lui dire faut être proche de quelqu’un et avoir un engagement cinématographique certain pour livrer un film d’une telle douceur, avec assez de recul pour sortir de cette espèce de rage qui nous étreint quand on perd un parent, un ami dans une telle circonstance ( Marc-André Bernier était son ami, un être qu’il ne reconnaissait plus tant il avait changé :  de Surdoué à  un saut dans la dérive. ) Je peux sans aucun doute dire que le cinéaste a déjà l’étoffe d’un grand Réalisateur.

 

« Pour moi c’était important d’avoir cette sensibilité-là, cette beauté-là dans le film. Je crois que si j’avais fait un film trop sombre et trop lourd ça aurait été différent. L’important c’était de comprendre que Marc était un jeune garçon qui malgré la façon qu’il était perçu par la société, comme un jeune délinquant,  c’était un jeune qui avait une grande sensibilité et beaucoup d’amour à donner »

 

 Une grande émotion lors du premier visionnement avec la famille de Marc?

 

« Ça a été beaucoup d’émotions, je crois que pour eux « INVINCIBLE » c’est une lettre d’amour, c’est comme ça qu’ils ont perçu le film, vécu le visionnement du film. Ils sont venus à toutes les projections du film, il y a eu beaucoup d’encouragement dans tout »


Léokim Beaumier-Lépine dans le rôle de Marc - Photo du film Invincible

 Vincent René-Lortie développe actuellement son premier long métrage depuis près d’un an «You Were Always An Islands » une grande attente, le réalisateur pourra nous étendre son talent et s’affirmer de plus en plus. Je le lui souhaite. Mais quelle est la toile de fond?

 

« Beaucoup de recherches et de longues heures, en même temps ça me laisse éveillé la nuit , j’ai hâte de le raconter. J’aborde la santé mentale dans un angle un peu plus personnel, des choses vécues durant la pandémie et tout ça présenté dans un univers différent, avec une facture fantastique pour le traitement »


Affiche du film Invincible

Pour l’heure on peut dire que la table est mise pour son menu cinématographique.

Très peu de cinéaste arrive à passer ce genre de sujet avec une telle lumière et c’est tant mieux pour lui.  Invincible a remporté quelques prix avant d’être nominé aux Oscars : Meilleur court métrage de fiction au Festival du film jeunesse de Chicago. Le film a aussi été sélectionné dans plusieurs festivals tels que le Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand (Prix spécial du Jury international), le Festival REGARD (Grand prix du Jury) et le festival portugais Curtas Vila do Conde, en plus d’avoir remporté le prix du Meilleur court métrage de fiction au Gala Québec Cinéma.

 

Et si le 10 mars son nom résonne au micro comme Gagnant, une grande émotion certes, il dirait quoi ? qu’en pense t-il?

 

« Pour moi je suis où j’espérais être, je ne peux même pas l’imaginer , je vais profiter de tout ça, je ne veux pas penser à la victoire, c’est trop loin »

 

96 sera qui sait un numéro magique pour le Réalisateur  on le lui souhaite


« INVINCIBLE » produit par Samuel Caron et Elise Lardinois (Telescope Films), distribué par h264 dont c’est la troisième production mise en nomination aux Oscars.

 

La 96e cérémonie des Oscars aura lieu le 10 mars 2024 à Los Angeles.  Il y a 23 catégories.  En tête de liste Oppenheimer de Christopher Nolan avec 13 nominations, suivi par Pauvres créatures (Poor Things), réalisé par Yórgos Lánthimos (11 nominations), Killers of the Flower Moon, réalisé par Martin Scorsese (10 nominations).

 

D’ici le 10 mars il y aura plusieurs articles sur quelques acteurs, actrices et films de la liste.




 

3 754 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

NAPOLEON

bottom of page