top of page
  • Photo du rédacteurMarie Ange Barbancourt

Dernière Nuit à Milan

Dernière Nuit à Milan

Thriller Surprenant !

Pierfrancesco Favino Puissant dans la peau de Franco Amore

 

Par Marie Ange Barbancourt

Rédactrice en Chef de Diamont History Group

 

Un agréable moment que de rencontrer cet acteur pour parler du film « Dernière nuit à Milan » qui arrive au Cinéma  à Montréal cette fin de semaine.  Un polar comme on n’en a pas vu depuis un bon moment déjà mais avec une touche de modernité.  C’est un film qui nous embarque dans une nuit d’enfer à Milan.

 

Pierfrancesco Favino - Crédit ohoto : ©Akim Kermiche pour DHG

« Dès que j’ai reçu le scénario je me suis dit, Voilà c’est un film que je voudrais voir ça fait longtemps qu’on a pas fait  des films comme ça  C’est vraiment très bien écrit je connaissais Andrea Di Stefano avant.  J’adorais aussi que le film était pour le public et les personnages ce sont des personnages nouveaux dans le cinéma  Italien, je trouve . »

 

Dernière Nuit à Milan nous emmène dans l’univers d’un policier aimé et respecté par tous qui va se retrouver dans un sérieux dilemme de conscience pris entre son métier dont c’est la dernière nuit,  les cousins de sa femme et les mafieux chinois. Il aura un choix à faire.  l’homme droit, le bon époux, connaîtra la chute à quelques heures de la retraite et verra sa nuit basculer dans une folie à laquelle il ne s’attendait pas.

 

« C’est pas une question d’histoire originale c’est la manière  qu’elle est rendue,  la manière qu’on a tourné qui fait la différence. »

 

Andréa Di Stefano a écrit ce rôle pour l’acteur. Il se connaissait déjà puisque tous les deux s’étaient rencontré sur le plateau de Marco Bellocchio en tant qu’acteurs. Di Stefano s’est allié à Favino comme metteur en scène et l’a dirigé dans cette aventure palpitante.  C’est un sentiment fort et une autre approche que d’être diriger par un acteur réalisateur,  il y a là une autre forme de compréhension du travail de l’acteur qui apporte une sublimation dans la relation sur le plateau, car au delà du travail de la mise en scène,  avoir déjà été dans la peau de l’autre est un élément qui amène une touche de confiance de plus dans cette relation que je dirais tridimensionnelle


Affiche

« On peut sentir comme acteur quelqu’un qui a l’expérience de ce vécu face à la caméra même avant de jouer c’est quelque chose.  On a l’impression quand on rencontre quelqu’un qui a eu cette expérience on lui fait confiance d’une manière différente.  En plus; étant donné qu’il est très bon acteur,  il connaît mon travail donc oui je sentais qu’il y avait une confiance différente, c’est vrai ! »

 

Dans la lumière du cinéma international

 

On a vu Favino dans plusieurs films américains, c’est l’un des acteurs  Italiens  qui, en ce moment, a beaucoup de retombées au niveau international.   Sa carrière, il l’a débuté au théâtre dans les années 90.  il a joué dans  plus de soixante films et séries télévisées, a reçu plusieurs distinctions. C’est surtout en 2001 qu’il commence à s’affirmer en se révélant dans « Juste un baiser » de Gabriele Muccino où il incarne Marco l’ami heureux en couple. Il connaît par la suite un parcours prodigieux avec différents personnages tous différents les uns des autres en côtoyant de grands réalisateurs tel que Tornatore, Bellocchio, Spike lee et plus encore.  Les années 2000 s’avèrent excellentes avec un appel à l’international, on peut citer : Le monde de Narnia( Disney), Miracle à Santa Anna de Spike Lee, Anges et démons de Ron Howard, la série Marco Polo sur Netflix. On reviendra sur cette belle carrière dans le prochain Cinéarts.

 

« Je crois que l’énergie qu’on met dans notre travail il n’y a pas de Meilleurs explications que ce qu’on voit sur l’écran »


Pierfrancesco Favino (Franco Amore) - Crédit photo : ©AZ Films

Avec des films de cette facture on a l’impression que le cinéma italien commence à reprendre sa place depuis  ces dernières années. J’ai vu plusieurs films qui m’ont donné  cette impression. Ce retour en force avec ce vent de modernité est intéressant pour le cinéma italien et les acteurs en général.

 

«C’est vrai, c’est l’effort qu’on fait,  on fait de notre mieux pour retourner sur la scène internationale et redire qu’ on est encore là, on peut faire des choses qui sont bien,  on a des réalisateurs qui ont  été aux Oscars, c’est important.  Ma génération c’est ça qu’on voudrait faire. On a la nostalgie du cinéma italien des années 60 c’était énorme mais en même temps il y a une modernité qu’on peut y apporter en ce moment, de travailler le cinéma, le  développer d’une manière globale et à partir de cette globalisation. Je trouve qu’on a les talents et les moyens pour le faire. »

 

Andrea Di Stefano un Acteur, Scénariste et Réalisateur avec une approche intelligente pour son film !

 

Andrea Di Stefano a joué dans près de vingt films, cinq séries télévisées . En 2006 il écrit Perversion un drame réalisé par Roberta Torre, puis viendra Hasta la vista Fanfan un court-métrage que signe Anissa Bonnefont. il continuera avec Paradise lost qu’il scénarise et réalise. En 2019 il touche la réalisation avec The informer  écrit par Matt Cook basé sur une nouvelle de Roslund et Hellström Puis son puissant Thriller

« Dernière nuit à Milan » son troisième film. Un polar qui sans nul doute marquera un tournant dans sa carrière par son audace, sa puissance et son sens du récit.

 

Dernière nuit à Milan un film palpitant !

 

Chaque incarnation est une leçon de vie.

Mais Qu’est-ce que l’acteur a appris de ce film ? Qu’est-ce que ce film lui a apporté? qu’est-ce qu’il lui  a enseigné de nouveau ?

 

« J’ai rencontré beaucoup de policiers et je trouve que les acteurs, des fois, on a une attitude démagogique quand on dit  on comprend très bien ce qu’ils vivent ces mecs-là.   Après mon tournage je rentrais chez moi fatigué mais j’étais dans un  bel environnement et je me disais: Non c’est pas vrai, quelle est la limite de compréhension que je peux avoir de la vie  de cet homme-là.  J’avais fait la guerre pour toute la nuit mais à la fin  je pouvais rentrer  avec la sécurité,  quelque chose en plus  je me suis demandé comme je le fais toujours, est-ce que tu serais capable de vivre sa vie ? Quand on est en face d’un personnage, d’une histoire on a la chance d’avoir des nouveaux doutes, se demander  qu’est-ce que tu ferais si  tu étais dans la situation de cette personne là »

 

Pierfrancesco Favino en Franco Amore : Une subtile combinaison de rage, de douceur, de force intérieure. Tout est dans la psychologie du personnage, c’est là tout le défi de l’acteur. Une magistrale interprétation.

Dernière nuit à Milan un suspens sans artifices des effets spéciaux avec des plans séquences, des découpages coupés au couteau qui n’enlèvent rien au propos que Di Stefano a pris le temps de bien installer pour qu’on passe cette nuit à Milan dans une atmosphère stressante avec un personnage sur le fil du rasoir qui nous tient en haleine durant 124 minutes. Un film avec un casting impeccable.



 

5 769 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page