top of page
  • Photo du rédacteurMarie Ange Barbancourt

L’Abbé Pierre

Dernière mise à jour : 23 déc. 2023

Par Marie Ange Barbancourt

Rédactrice en Chef des Magazines Diamont History Group...


Benjamin Lavernhe Monumental dans l’Abbé Pierre  une vie de combats

un film de Frédéric Tellier


L'Abbé Pierre - Une vie de combats - Benjamin Lavernhe - Copyright Jérôme Prébois

C’est sans doute un des meilleurs films de L’année qui sort en cette fin de semaine au Québec.

Un film qui nous montre le personnage dans toute son humanité mais aussi ce qu’il était en tant qu’homme, en tant que personne, dans sa force et sa faiblesse, La vie de ce défenseur des laissés-pour-compte   Fondateur d’Emmaüs (un organisme luttant contre l’exclusion et présent dans plus de 40 pays)  et tous ses combats sont étalés comme une leçon de choses sans que ce soit aride.

 

« C’était un homme ordinaire au destin extraordinaire Qui allait être à l’origine d’une des plus grandes aventures solidaire du XXe siècle »


L'Abbé Pierre - Une vie de combats - Copyright Jérôme Prébois


Si on connait bien sa vie publique, certains aspects de sa vie étaient méconnus.

Ce film nous dévoile un homme tourmenté et complexe

De son vrai nom Henri Grouès il est né dans une famille bien nanti en 1912 mort en 2007.  Renonçant à ses privilèges de personnes bien nées, il avait à cœur l’amour de son prochain. C’était un homme de conviction et un grand orateur.

Toucher  un personnage aussi fort que L'abbé Pierre c’est extraordinaire pour un acteur il ne suffit pas d‘avoir du talent pour endosser un tel personnage,  on doit l’incarner avec justesse quelles sont les premières émotions qui ont habité l’acteur à la première lecture?


L'Abbé Pierre - Une vie de combats - Copyright Jérôme Prébois

 

« En lisant le scénario j’étais quand même très ébahi, de me rendre compte à quel point il a eu une vie romanesque tellement épique, vraiment surprenante et comment  il a été possédé par cette vocation.  Ça lui a été insupportable jusqu’à sa mort d’accepter la fatalité, la misère, ça m’a touché déjà profondément.

 J’ai vu l’aventure de cinéma que ça allait être et le tournage épique aussi, les huit semaines en hiver trois semaines en  été de jouer  de 25 à 94 ans, d’avoir une transformation physique,  d’avoir ses grandes envolée lyriques. C’était un orateur exceptionnel  j’allais prendre beaucoup de plaisir comme acteur et  être au service de valeur d’un message  que je trouve intemporel, universel. Je trouve magnifique d’avoir cette responsabilité, d’avoir à dire ses mots aujourd’hui et de le crier haut et fort dans une salle de cinéma, quel honneur!  quelle chance! en tant qu’être humain, au-delà du plaisir de jeu qu’est-ce que j’allais en tirer humainement.

il avait beaucoup d’ambitions, il avait beaucoup d’ego, il avait beaucoup de complexité ce qui m’intéressait il était à la fois très fragile et très très puissant. »


Benjamin Lavernhe en entretien avec Marie Ange Barbancourt - Photo Akim Kermiche

On y retrouve les grands discours de l’homme qui se servait de toutes les tribunes, pour ses réquisitoires contre la misère . Il avait un coté grandiloquent propre à tout homme d’engagement et le fait d’avoir une formation théâtral a sûrement aidé,  pour incarner un tel personnage.

 

« Frédéric Tellier  dit qu’il est venu vers moi parce que j’étais à la Comédie-Française à l’aise avec les mots et je suis sur que ça été un bagage très important.  D’être à l’aise avec mon corps et ma voix, j’allais avoir ces réquisitoires et ses grandes envolées lyriques et oui mon expérience de théâtre ça m’a servi. Si on m’avait proposé ce rôle il y a 10 ans je n’aurais pas accepté, je ne me serais pas senti capable.  Je pense que ce sont des rendez-vous ça arrive au bon moment»


L'affiche

Le film « l’Abbé Pierre une vie de combat » nous montre la capacité de l’acteur à incarner  un personnage extraordinairement complexe et difficile.   Benjamin Lavernhe a un jeu fin et précis, il nous livre une prestation troublante de vérité 

Emmanuelle Bercot dans le rôle de l’assistante incarne à la perfection son personnage.  Quant au réalisateur il a su éviter de tomber dans le piège du misérabilisme dans son traitement même si le film parle de l’engagement à défendre les miséreux.

 

« L’Abbé Pierre une vie de combat  » un film qui nous rappelle que le combat doit continuer!

Emouvant! avec un Benjamin Lavernhe Magistral dans son interprétation

Allez-y !

 

Propulsé par AZ Films au Québec il sort dans plusieurs salles






 

 

3 304 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

NAPOLEON

bottom of page