top of page
  • Photo du rédacteurSerge Leterrier

Léa Pool

Léa Pool

Réalisatrice, scénariste, monteuse et productrice...


Un article de Serge Leterrier/

 

Léa Pool : Une Cinéaste en Quête de Sens au 25e Festival du Film de l’Outaouais


 « À chaque film, je cherche au fond une seule chose : capter les moments de transition ou de déclin, ou les passages d’un monde vers un autre »Léa Pool, réalisatrice (Entretien - Source Radio Canada - https://ici.radio-canada.ca/ohdio)


Une citation qui illustre parfaitement l’approche cinématographique de Léa Pool, scénariste et réalisatrice, centrée sur l’existence dans les mouvements mais aussi dans les transitions singulières que la vie provoque.


Léa Pool est une cinéaste de renommée internationale qui se distingue des autres par son approche unique du septième art. Naviguant entre réalité et fiction, elle capte l’essence de  cette humanité à travers ses œuvres. Chaque film est une fenêtre ouverte sur des mondes intérieurs, des paysages émotionnels où se mêlent la force des silences et la puissance des mots non-dits, non révélés.


Visitons, dès lors, l’univers de Léa Pool, une artiste qui peint avec sa caméra les nuances de l’âme humaine.


Léa Pool et Sébastien Ricard - ©Les Films Opale (Québec), Lyla Films (Canada), Louise Productions (Suisse)

Léa Pool, une figure emblématique du cinéma québécois qui  a tracé un chemin singulier dans le paysage cinématographique international. Née en Suisse, elle a grandi dans un environnement qui a façonné sa vision artistique avant de poser ses valises au Québec en 1975, à l’âge de vingt-cinq ans. Son parcours est celui d’une exploratrice de l’esprit, une conteuse qui puise dans les profondeurs de la conscience individuelle pour en extraire des récits collectifs et universels.


Léa Pool est née d’un père juif polonais et apatride qui a dû fuir son pays pendant la Deuxième Guerre mondiale pour s’installer en Suisse, et d’une mère catholique originaire de ce pays. Elle porte le nom de sa maman, un choix qui reflète peut-être les complexités et les influences de son héritage familial sur son œuvre. Les expériences de ses parents, entre déportation et intégration, ont sans doute façonné sa vision du monde et se retrouvent dans les thèmes récurrents de l’exil, de l’identité, de la recherche de soi, de l’abandon qui caractérisent ses films. Léa Pool a grandi dans un environnement biculturel, ce qui a enrichi sa perspective et lui a permis de créer des films qui résonnent avec un large éventail de spectateurs à travers le monde.


Sébastien Ricard et Lorena Handschin - ©Les Films Opale (Québec), Lyla Films (Canada), Louise Productions (Suisse)

Après des études en communications, Léa Pool a rapidement trouvé sa vocation dans l’enseignement du cinéma et de la vidéo à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Parallèlement, elle a commencé à réaliser des émissions et ses premiers films, qui ont rapidement gagné l’appréciation du public et de la critique. Les années 1980 ont vu naître des œuvres marquantes telles que Strass Café, La femme de l’hôtel, Anne Trister, et À corps perdu. Ces films se sont distingués dans les festivals internationaux et ont révélé les thèmes chers à la réalisatrice : les quêtes de sens individuelles, les trajectoires féminines, et les relations intimes.


Le travail de fiction de Léa Pool dans les années 1990 a consolidé sa place de choix dans la cinématographie québécoise. Elle s’est également aventurée dans le cinéma documentaire, un genre qui lui a permis d’explorer avec authenticité et sensibilité les réalités qui la touchent.

Léa Pool est une visionnaire du cinéma qui se distingue par une signature cinématographique  alliant originalité et intimité. Reconnue pour sculpter des héroïnes fortes et nuancées, elle excelle dans l’art de ciseler des récits autour de l’identité et des métamorphoses de l’existence. Ses créations cinématographiques, minutieusement façonnées, dévoilent une attention remarquable aux détails et une maîtrise de la communication visuelle, capturant ainsi l’essence subtile de cette condition humaine chère à ses yeux. Son talent narratif, empreint d’authenticité et chargé d’émotion, révèle une grande sensibilité et peut être même cette vulnérabilité qui s’inscrit le plus souvent dans le cœur des êtres inspirés.


Hôtel silence - Crédit photo ©Les Films Opale (Québec), Lyla Films (Canada), Louise Produc-tions (Suisse)

Hôtel Silence inaugurera le 25 e Festival du film de l’Outaouais

Le jeudi 4 avril au Théâtre du Casino du Lac Leamy


Le 25e Festival du film de l’Outaouais s’apprête à dévoiler l’œuvre cinématographique de la réalisatrice, Léa Pool, qui promet de captiver les cœurs et les esprits Hôtel Silence. Cet événement tant attendu se tiendra dans l’écrin prestigieux du Théâtre du Casino du Lac Leamy, le jeudi 4 avril, où le film sera projeté pour la première fois à 19 h, sous les feux d’un tapis rouge étoilé. Léa Pool, accompagnée de Sébastien Ricard et de la fantastique équipe du film, sera présente pour célébrer cette première. Un film d’ouverture rappelant l’accueil triomphal réservé à La passion d’Augustine et à sa  réalisatrice lors de l’édition 2015 de ce festival.


Le film nous plonge dans le périple introspectif de Jean (Sébastien Ricard), un homme en quête de sens dans un pays ravagé par la guerre. Ce voyage, initialement sans retour, se transforme en une odyssée de l’âme, où le désespoir cède la place à l’espoir et à la renaissance. Inspiré du roman Hôtel Silence (Ör) d’Audur Ava Ólafsdóttir, ce long-métrage est une coproduction Canada-Suisse, réunissant un casting éblouissant avec Sébastien Ricard, Lorena Handschin, Jules Poirier, Irène Jacob, Louise Turcot et Paul Ahmarani. Les Films Opale en assurent la distribution au Québec.



Les  films de Léa Pool ?


Léa Pool a réalisé des films qui ont enrichi le cinéma québécois et international, en voici quelques exemples :


Et au pire, on se mariera (2017) - Un drame poignant qui explore les complexités des relations familiales.

La Passion d’Augustine (2015) - Un succès public qui raconte l’histoire d’un couvent de religieuses et de leur école de musique au Québec.

Pink Ribbons, Inc. (2011) - Un documentaire critique sur la commercialisation de la lutte contre le cancer du sein.

La Dernière Fugue (2009) - Une réflexion sur la vie et la mort à travers les yeux d’une famille confrontée à la fin de vie d’un proche.

Maman est chez le coiffeur (2008) - Un drame familial qui se déroule dans les années 1960 au Québec.

Le Papillon bleu (2004) - L’histoire vraie d’un garçon atteint d’une maladie terminale et de son voyage pour capturer le papillon de ses rêves.

Rebelles (2001) - Un film qui suit les parcours croisés de trois adolescentes dans un pensionnat.

Emporte-moi (1998) - Un récit d’initiation qui explore l’adolescence et la découverte de soi.

Mouvements du désir (1994) - Une histoire d’amour et de désir se déroulant lors d’un voyage en train à travers le Canada.


Jean (Sébastien Ricard) - Crédit photo ©Les Films Opale (Québec), Lyla Films (Canada), Louise Productions (Suisse)

Hôtel Silence de Léa Pool est prévu pour une sortie sur les écrans au Québec le 29 mars 2024.


Léa Pool incarne la quintessence de la réalisatrice engagée et passionnée, une artiste qui a su tisser des liens indélébiles avec son public à travers des films qui explorent les profondeurs de l’âme humaine. Son œuvre, à la fois riche et nuancée, continue de résonner et d’inspirer, témoignant de la force du cinéma en tant que vecteur d’émotions et de réflexions. Alors que Hôtel Silence s’apprête à illuminer les écrans, on ne peut qu’anticiper avec impatience les futures toiles que Léa Pool peindra accompagnée de sa caméra, toujours avec cette touche d’humanité qui lui est propre.



Toute la programmation du FFO sera dévoilé le 19 mars prochain

7 585 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Comments


Guest
Mar 12

Belle présentation de ce nouveau film de Léa et l'article nous fait un super tableau de son oeuvre et de son cheminement. Merci

Like
Serge Leterrier
Serge Leterrier
Mar 13
Replying to

Merci à vous pour ce retour.... ☀️

Like
bottom of page